vendredi 19 septembre 2014

[Chronique] Féelure ~ Silène Edgar


 
 
Titre : Féelure
Auteure : Silène Edgar
Editeur : Bragelonne - Collection Snark
Nombre de pages : 84
 
Quatrième de couverture :
 
Le jour, Gwen est maman, a deux beaux enfants, un mari aimant, et tient la bibliothèque de sa ville. La nuit, elle est une fée et travaille à la BAKF, la Brigade anti-kidnapping de fées. Récemment, plusieurs des leurs ont disparu, et d’étranges rumeurs indiquent qu’on les aurait vues dans des restaurants humains... garnissant leurs plats.
Alors que la jeune femme enquête sur cet étrange cas avec son coéquipier Arthur – qui ne la laisse pas indifférente –, elles découvrent que cette affaire pourrait être plus sensible que prévu. En effet, les Fées No Men, ce parti traditionaliste qui hait les humains, semble impliqué...
Pourtant, si terrifiante que soit cette intrigue, ce n’est qu’une parmi d’autres épines dans le pied de Gwen. Car au prochain solstice, elle va devoir faire un choix : rester humaine ou devenir fée pour toujours...
 
Mon avis
 
J'attendais beaucoup de ce récit et je ne savais pas trop à quoi m'attendre en le découvrant. Je n'ai pas été déçue du voyage.
 
Pour commencer, je dirais que ce récit est teinté de folie. D'une folie douce et désopilante à la fois. D'ailleurs, pour paraphraser Silène, il y a des tas de jeux de mots débiles. S'ils sont débiles (disons perso qu'ils sont surprenants), ils sont surtout tordants ! C'est aussi un des aspects du récit que j'ai aimé, l'humour. J'ai souvent ri, souri, était émue. L'humour est omniprésent et à petites doses, de sorte que cela ne parait jamais trop ou trop peu. Le dosage est parfait.
 
L'émotion est une des variantes du récit aussi, pas comme dans Fortune cookies. On ne se trouve pas dans le même registre mais dans une routine quotidienne, qui émeut, qui interpelle.
C'est aussi un des aspects de cette histoire qui m'a interpelé, cette immobilisme dans lequel on tombe parfois, un peu à regret ou même sans s'en rendre compte.
 
Les personnages sont attachants, vivants et riches. Certains sont complètement déjantés, ont un parler bien à eux et très brut de décoffrage et ça secoue mais c'est topissime ! Presque jouissif, tellement les jeux de mots sont poilants, ajustés au contexte et on entendrait presque les personnages le dire.
 
Concernant l'intrigue en elle-même, j'ai trouvé original le concept de vie des demis, la nuit uniquement et dans un corps parfois différent de celui qu'ils possèdent quand ils sont fées. Ca pimente les allers-retours et donnent une part d'inconnu au récit puisque finalement, quand les demis reviennent dans leurs corps de fées, la vie a continué pour leurs semblables.
 
Mention spéciale pour Odal et Arthur, deux personnages que j'ai apprécié, même dans leurs côtés antagonistes. Et Clochette, quel personnage inattendu ! Ah ah !
Et bien entendu Gwen, qui est émouvante, qui doute et qui ne sait plus trop où elle en est. Un personnage très intéressant.

La gestion de la Brigade Anti-Kidnapping est rondement menée et c'est agréable de voir comment la hiérarchie fonctionne avec l'implication des demis. Y compris dans le conflit qui les oppose à leurs ennemis (bon, j'essaie de ne pas trop spoiler). Là encore, c'est bien amené et ce n'est pas sans rappeler des conflits bien réels de notre monde moderne.
 
Bref, c'est un récit que je vous recommande plus que vivement si vous voulez expérimenter un récit original, avec des fées bien loin de la Clochette traditionnelle de Peter Pan. Lancez-vous !
 

4/6
 
Lu dans le cadre du Challenge 1% Rentrée littéraire 2014

4 commentaires:

  1. Voilà qui m'intrigue... je vais voir si je le trouve en bibli !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le moment, il n'est dispo qu'en numérique ! La version papier ne devrait pas tarder à sortir, je crois !

      Supprimer
  2. je suis à la fin de ce roman et j'ai également beaucoup aimé :)

    RépondreSupprimer

Merci de faire vivre ce blog ! A très bientôt !

Mes livres sur Babelio.com