samedi 7 décembre 2013

Dis, pourquoi t'écris ?

Aujourd'hui, en forme de catharsis, je me dévoile sur l'écriture.
 
Pourquoi j'écris ?
 
Je ne saurais le dire avec certitude, le mystère restant toujours présent quand on écrit.
 
J'ai commencé très tôt, des textes courts pour la plupart.
Un peu plus tard, je suis venue aux poèmes, puis aux nouvelles.
 
Oui, mais pourquoi écrire ?
 
J'ai toujours eu une imagination relativement débordante. Depuis toute petite. C'est un peu naturellement que j'en suis venue à coucher sur le papier des mots, sans logique, qui peu à peu, se sont donnés des liens, du sens.
Cela a pris forme lentement.
 
Influencée par mes lectures, grande fan d'Agatha Christie et de Sir Conan Doyle, je me suis lancée dans les récits policiers bien avant de me tourner vers la SFFF.
 
A la manière d'Hercule Poirot, je me suis trouvé un personnage féminin, belge qui plus est. Et je l'ai mise en scène aux quatre coins du monde, dans des aventures folles, avec une maison à Londres dans Mayfair et une maison en Belgique, pour les vacances.
 
Parallèlement j'ai créé un monde de fantasy que j'ai écrit, réécrit, rééécrit des dizaines de fois. Pour me faire la main. Pour me faire l'esprit. Pour voyager.
 
je crois que c'est aussi pour cette raison que j'écris. Pour voyager, changer d'air, éprouver d'intenses émotions en même temps que mes personnages, me laisser guider par eux, même si je ne leur donne pas la permission de faire tout et n'importe quoi.
 
Je ne sais pas pourquoi j'ai eu envie d'écrire ou pourquoi j'en suis arrivée là.

Il ne serait pas opportun de  dire que j'écris avant tout pour moi. A vrai dire, j'écris pour moi, certes, mais j'écris aussi pour les autres. Pour être lue, découverte, appréciée ou non. Il faut de tout pour faire un monde de toute façon et on ne peut pas plaire à la multitude, mais cela dit, c'est bien le rêve de tout auteur. Partager ses écrits. Je dirais donc que j'écris aussi pour les autres pour cette raison. Parce que j'ai envie de partager mon univers, mon imagination, mes inventions avec les autres. Que celles-ci soient consignées dans des livres papier ou en numérique, qu'importe. Il ne faut certes pas cracher dans la soupe. Je rêve de publier l'un de mes histoires, mais ce n'est pas mon leitmotiv pour écrire.

Et j'en reviens ainsi à la catharsis. Pour moi, écrire est aussi un moyen d'évoluer, de progresser, de me lancer des défis - et dieu sait que les relever est un défi en soi ^^ - mais pas que. C'est un moyen aussi parfois d'exorciser de vieilles blessures, des choses enfouies au loin qui ressortent, comme une résurrection, une seconde naissance.

Je me souviens d'avoir écrit un récit de naissance qui a suscité moult réactions. Certains ont aimé, beaucoup, d'autres pas du tout. Certains n'ont pas été au bout. Et je peux le comprendre. Ce récit était une projection d'un vécu, un ressenti personnel, intime et très profond. Cette portée émotionnelle ne peut pas être comprise ni appréhendée par tous et c'est en cela qu'il est difficile de comprendre parfois pourquoi on écrit sur tel ou tel autre thème. De près ou de loin, on peut se voir touché par une problématique, un sujet, une thématique. Et cela reste tout personnel aussi.

C'est pour ça que j'écris, pour faire ressurgir des choses sur lesquels mettre des mots est parfois difficile. Quand on articule cela autour d'un personnage, ce n'est plus vous qui parlez mais lui ou elle. Et cela sort plus facilement.

Alors, on continue d'écrire. Encore et encore. Parce qu'au-delà du fait d'écrire pour écrire, on écrit aussi par amour. Le simple amour de poser des mots sur le papier.

6 commentaires:

Merci de faire vivre ce blog ! A très bientôt !

Mes livres sur Babelio.com